);
VIE D'AUTEUR

Autopromotion en question

De la critique à l’insulte

Je lis parfois des commentaires furieux, sur les réseaux sociaux, à propos des auteurs qui font la promotion de leur propre livre. Pire encore, je vois des insultes sur certaines publications sponsorisées. Celle qui me fait réagir en écrivant cet article provient d’une dame qui s’écrie à propos d’un livre sponsorisé par un auteur : « Arrêtez de nous em…der avec vos pubs, Facebook n’est pas fait pour ça ». Je n’ai pas pu m’empêcher de commenter à mon tour pour lui dire que FB existe grâce à la pub !

Tout d’abord, en tant que personne résolument positive, je ne comprends pas cette façon enragée de réagir. Quand une publication ne me plait pas, je la zappe, ou je vais dans les paramètres de mon compte pour signaler que le contenu ne m’intéresse pas et je reçois ainsi moins de pub de ce type. Il ne me vient pas à l’esprit d’injurier Findus si je ne mange pas de surgelé ou Peugeot si je n’ai pas de voiture.

Une question de légitimité

Ces exemples me permettent d’approfondir une deuxième remarque : ces commentaires ou ces insultes ciblent surtout les auteurs indépendants, comme s’ils n’avaient pas de légitimité à présenter leur livre. On leur objecte souvent “qu’un commentaire de lecteur est plus intéressant qu’une autopromotion“, mais quand ces mêmes auteurs partagent des commentaires de lecteurs, ils sont refoulés également de certains groupes littéraires, sous prétexte que “c’est de l’autopromotion déguisée“. Je ne comprends pas cet ostracisme sur des réseaux qui se targuent de mettre en avant la lecture.

Les groupes littéraires ouverts

Dans la jungle éditoriale, un indépendant a peu de moyens de se faire connaître et de lutter contre les géants. Les réseaux sociaux restent l’accès le plus facile à un large public. Heureusement, il existe des groupes littéraires qui autorisent les publications d’auteurs. Ils participent énormément à la notoriété des auteurs indépendants et, en tant qu’autoéditée, je trouve ça formidable. Parfois, ces groupes sont critiqués, car on dit qu’ils sont de simples vitrines. Pourtant, en tant que lectrice, j’y fais justement du lèche-vitrine et j’y trouve énormément d’idées lecture. Comme dans une librairie, je suis attirée par une couverture, un titre, un résumé. Peu m’importe que la présentation provienne d’un lecteur, d’un éditeur, du libraire ou de l’auteur lui-même, du moment que le contenu me parle… de livres !

Un peu d’auto promotion pour le plaisir

N’hésitez pas à réagir en commentaire pour me faire part de votre opinion sur ce sujet.

2 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *