Les coulisses d’un roman surnaturel

Un projet follement magique

J’ai pour habitude de refuser les travaux à quatre mains par peur des rapports humains, je préviens mes collègues à propos de mon caractère solitaire et directif. Pourtant, cette année, je mets sans hésiter la patte à un roman à 10 mains ! Il faut croire que j’ai été ensorcelée par le pouvoir de mes chères consœurs romancières : Johanna Gras, Coline Dumas, Mélodie Smacs et Sarah Tatine.

Le projet est né en été 2022, d’une impulsion de Johanna, auteur dont j’apprécie la plume et qui, au fil des rencontres en salon, est devenue une amie. Elle proposait un roman collectif avec cinq héroïnes et cinq auteurs. Le cahier des charges était très précis, avec un nombre de mots défini, des événements communs à décrire sur cinq jours en cinq chapitres. Séduite par cette histoire de cinq sorcières, j’ai accepté les yeux fermés.

Contrairement à ce que l’on peut penser, le fait d’avoir de nombreuses contraintes d’écriture est très motivant. J’ai rédigé dès septembre 2022 (avant mon opération) ma partie, avec un enthousiasme inattendu. L’univers magique est déjà un style qui m’est familier en tant que lectrice, il n’y avait qu’un pas (vite franchi) pour me régaler en tant qu’« autrice ». Mes collègues font de même de leur côté. Au fil des mois, nous échangeons nos travaux par courriel et nous modifions quelques détails afin de créer des ponts et des liaisons entre chaque partie. La cohésion virtuelle est à l’œuvre.

Une incartade personnelle

Bien sûr, mes petits travers de solitaire m’ont repris aussitôt et, avec l’aval de notre instigatrice, j’ai ensuite utilisé mon héroïne, la sorcière vaudou, dans un roman personnel. Un urban fantasy destiné à un concours : 80 000 mots, 24 chapitres, rédigés en deux mois. Le fait d’avoir une date butoir est très motivant aussi… (mais chut, je vous en dirai plus prochainement).

La magie des mots

Pour en revenir à notre roman collectif, une fois que chacune des participantes a terminé ses 5 chapitres de son côté, le temps est venu d’organiser la partie la plus ardue : la rédaction de l’épilogue en commun. L’exercice de style à dix mains par excellence !

Réunion au sommet organisée à la maison dans un état d’esprit effervescent ! Je suis ravie d’avoir participé à cette journée de remue-méninges pour mettre le point final d’un futur ouvrage collectif qui va dépoter ! Entre les tisanes énergisantes, les claviers inondés, les débats, les croissants, les schémas, les dictées et les mimes pour visualiser l’action, nous n’avons pas chômé ! Mission accomplie au crépuscule : le roman est terminé comme prévu. C’est magique.

Un samedi placé sous le sortilège de l’entraide et de la bonne humeur avec Johanna, Sarah, Coline et Mélodie. Quand le travail devient enchanteur.

Laisser un commentaire

Cet article a 5 commentaires

  1. Co

    Changement, cela ne peut être que bénéfique, bien que l’imagination de Laure Enza se suffise à elle même à mon avis. Où cela va-t-il nous enmener?

    1. LaureEnza28

      Eh eh, bien loin, je crois! Jusqu’à Paris, déjà!

  2. LC

    Wow, c’est impressionnant! Hâte de lire tout ça!

    1. LaureEnza28

      Une expérience formidable! Hâte qu’il soit publié!

  3. HUG

    Ces thèmes me rappellent mes lectures de jeunesse. Peut-être que je me laisserai tenter !