Journal 08/23

Je vous propose de découvrir mon quotidien de romancière à travers ce format d’article reprenant les moments forts du mois.

2 août

Moment suspendu où la ville n’est pas encore éveillée, le serveur sort à peine les viennoiseries du four et le soleil est caressant à souhait. Respiration solitaire. L’inspiration est à son comble, sans contrainte, sans autre limite que l’horizon…

Et vous, êtes-vous de la team lève tôt ?

3 août

La bonne nouvelle dans la nuit: podium pour la collection Bonne humeur.

Grâce à votre participation à la promo éclair sur « Souris des Villes », mon plus vieux roman édité (2019) rejoint ses petits frères dans le classement en littérature humoristique. Des centaines de mercis à tous et vive la comédie sous toutes ses formes.

6 août

J’ai retrouvé la Ducati de la « Mélodie oubliée », au hasard d’une balade en touriste. Impressionnant de la voir « en vrai » et pas seulement dans mes recherches ou mes interviews!

Bon, pour éviter les déceptions pour les motards-lecteurs, je préfère prévenir que cette belle bête n’apparaît que dans le premier chapitre… mais elle a une importance particulière!

Ceux qui savent… chuuuut!

4 août

Est-ce que vous aussi, lorsque vous voyez une porte en suspens dans le paysage, vous imaginez qu’elle s’ouvre sur des mondes parallèles, des dimensions inexplorées? Ou bien suis-je complètement irrécupérable ?

7 août

Encore une photo de sourire-banane, en compagnie d’une très grande dame (dans tous les sens du terme)!
Soirée apothéose pour moi au festival Jazz Équinoxe, car j’ai pu, non seulement, écouter un concert magnifique de Melody Gardot , mais également échanger avec elle (brièvement) à propos de « la Mélodie oubliée « ! J’étais sur un petit nuage. Ce roman est directement inspiré par cette merveilleuse chanteuse très concernée par la musicothérapie. Quand la fiction rejoint la réalité !

7 août

La capture du jour qui fait du bien. Carton plein pour ma « Collection Bonne humeur »! Toutes mes comédies sont classées dans le TOP 50 en littérature humoristique en ce joli mois d’août! Amazon a changé le nom de ses catégories depuis peu, et ce que j’appelle mes « comédies contemporaines » se retrouve dans un thème que je trouve bien vaste qui pourrait laisser penser que mes romans sont des farces: certes, ils débordent d’humour et d’autodérision, mais ils abordent aussi quelques sujets émouvants et sérieux. Pour plus de détails, n’hésitez pas à lire les descriptifs: comédie dramatique, comédie romantique, comédie de caractère, comédie « musicale »… il y en a pour tous les goûts. Belles lectures à tous et mille mercis, c’est grâce à vous que ces romans sont dans ce tableau!

9 août

Petit post hommage. Je porte presque tout le temps des tenues colorées, surtout en hiver, quand tout le monde se pare de sombre (esprit de contradiction, moi?) et ce trait de caractère se retrouve dans certains de mes personnages secondaires de romans. Quand je porte du noir, je me fais penser à ma grand-mère paternelle (comme ici, sur ses escaliers) que j’ai toujours connue en deuil. Pourtant, à en croire ses fils, cette femme volcanique était très coquette. Cela me plaît d’imaginer une filiation sans mimétisme, même si elle est frivole. La vie est décidément un roman. Et vous, avez-vous reçu en héritage des traits de caractère comme par inadvertance ?

12 août

Je n’ai pas toujours eu la chance d’avoir un chez moi ensoleillé auprès des miens. Le souvenir des expériences néfastes décuple ma façon d’apprécier les moindres instants du présent. Un jeu de lumière, un rideau de verdure, un parfum d’Arabica et un bon livre dans le silence du matin sont transformés en scène idéale par un certain penchant pour le feelgood…
Quelle est, pour vous, la définition d’une journée qui commence bien?

14 août

Vous ai-je déjà dit que j’étais très gourm… consciencieuse ? Je suis une romancière qui met la main à la pâte. Quand un de mes futurs personnages a pour passion la pâtisserie, je suis obligée de tester ses recettes. C’est seulement pour vérifier si c’est réaliste, vous le comprenez !
PS: si vous vous abonnez à la newsletter de mon blog, Laure-enza.com, vous recevez en cadeau un livret pdf des recettes de tous mes personnages ! Bon appétit !

18 août
Séquence coulisses d’écriture. Quand j’ai commencé la rédaction de « La Mélodie oubliée », j’ai traversé une longue phase de doute. Je me demandais si j’étais légitime à parler du handicap. J’ai passé un temps infini à me documenter, lire des biographies, écouter des témoignages, compulser des informations pour chercher à être réaliste. Jusqu’au jour où je me suis souvenue que, dans ma petite vie, j’ai subi une vingtaine d’hospitalisations (sans compter celles de mes enfants ou de mes proches) et que je pouvais me servir, non de mon expérience (je n’allais pas affubler mon pauvre motard d’une hystérectomie), mais de mes ressentis: cette immense colère qui vous traverse le corps abîmé, ces grandes joies pour le moindre progrès, ces phases de désespoir et cette volonté acharnée. À partir du moment où je me suis autorisée à puiser dans ce réservoir, mon écriture a été libérée. Je pouvais « parler à ma façon » d’expériences dures et pourtant rester positive, car c’est ce qui nous sauve. Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me donner votre ressenti à ce propos.

22 août
Séquence coulisses d’écriture: on me fait parfois la réflexion que dans mes comédies, « j’exagère »! (pas seulement dans mes romans, dixit mon mari), que je force le trait, que je caricature (un peu normal quand on écrit des comédies?) Par exemple, dans « Oiseau des îles », l’héroïne est une enseignante en burn out et, lorsque je raconte des anecdotes dans sa classe de collège avec des élèves difficiles, les lecteurs croient que j’invente, que ce n’est pas crédible. Pourtant, je me suis inspirée de faits réels que j’ai édulcorés, de scènes vues ou vécues, que j’ai simplifiées pour les rendre acceptables. Je suis toujours amusée de découvrir le décalage dans les réactions: Réalité VS Fiction! Pas vous?

23 août

Question: pourquoi est-ce que cet été je n’ai pas participé à un salon du livre en Corse? Était-ce à cause du farniente, de la plage, du vent à décorner les vaches (corses)? Non! C’est parce que je me suis fait dévaliser mes stocks en « dédicaces privées » sur place !
Je tiens à vous remercier de tout cœur, les amis et la famille, pour votre soutien sans faille depuis toutes ces années! Vous qui n’avez pas abandonné devant mes publications à répétition (encore un bouquin? mais elle s’arrête quand d’écrire?), vous qui attendez l’été pour découvrir mes livres en vrai (et la petite dédicace pattes de mouche), vous qui n’hésitez pas à poser pour la postérité (on y croit)! Je partage ce montage comme autant de parcelles d’affection et de soleil ( c’est pas tout, ça, mais je vais vite faire une commande imprimeur pour la rentrée!) Instant gratitude et mille bisous!

25 août
Séquence « avis lecture »: parfois, quand vous entamez une de mes comédies, vous remarquez avec étonnement que mes personnages principaux ne sont pas très sympas. Cette surprise vient sûrement du fait qu’on s’attend à trouver du mignon et du gentil dans les « feelgood » (et il y en a aussi dans mes romans, mais pas seulement). En effet, je raconte le destin de personnes blessées (dépression, deuil, divorce, accident, etc.) qui, comme les animaux blessés, ont tendance à grogner ou mordre. Leur mauvaise expérience les a façonnés, les a rendus en colère ou méfiants, mais (et c’est le mais qui m’intéresse) ils vont évoluer vers du mieux (puisqu’on est dans une optique « feelgood », optimisme, résilience, tout ça tout ça). Mon but est de présenter un cheminement, une évolution (une avancée vers un nouvel horizon, comme on peut le voir sur les couvertures), de partir du bas pour aller vers le haut, du sombre vers la lumière. J’espère qu’une fois les premiers chapitres passés, c’est le sentiment que vous avez! Dites-moi tout!

26 août

Qu’est ce que je fais sur les routes pendant un samedi rouge de retours de vacances ? J’ai repris le chemin des salons et mon GPS me fait visiter les petites routes! En fait, je suis émerveillée par la diversité des paysages (et les automobilistes à la queue le leu doivent apprécier autant que moi, car ils roulent doucement même si on a droit à 90). Le Vaucluse et ses allées de platanes centenaires, la Drôme et ses champs de tournesols grillés, les collines boisées de l’Ardèche. Je traverse des fleuves et des canaux paresseux. Des châteaux, des villages dont les noms me font rêver comme Alba la Romaine ou Mondragon, et mon cerveau déborde déjà de nouvelles histoires inventées ! De l’utilité des bouchons… J’en profite pour faire une étape amicale et bucolique avant le salon de Vals les Bains de demain. Bref, tout est prétexte à voir le verre à moitié plein!

27 août

On brave les orages, on se moque des gouttes, bienvenue en automne! Euh, bienvenue au salon de Vals les bains dans le parc de l’intermittente! Et, super coïncidence, cette dernière a jailli au moment de notre arrivée !

28 août

Est-ce que vous accordez une grande importance aux avis lecteurs avant d’acheter un livre ? Pour ma part, en tant que lectrice, je ne les lis jamais, je ne saurais pas sur quel pied danser devant leur subjectivité. En tant qu’autrice, je suis toujours fascinée par leur diversité à propos d’un même texte!
Par exemple, dernièrement, lors d’une soirée salsa au bord de l’eau (yeah!), j’ai croisé deux lectrices qui ont échangé leur ressenti sur mes livres, et en particulier sur « Souris des Villes » (mon plus vieux roman édité). Ces deux femmes, pourtant amies et passionnées par bien des points communs (salsaaaa!) avaient des avis diamétralement opposés. L’une n’avait pas aimé du tout, ni l’histoire, ni les personnages auxquels elle ne s’était pas attachée (heureusement, elle ne s’est pas arrêté là et a lu les suivants). Pour l’autre, c’était son livre favori de ma bibliographie, il l’avait transportée par son message d’espoir et de résilience, elle en parlait les larmes aux yeux (et moi aussi, du coup!). Un véritable « grand écart » que je trouve captivant, quand il s’agit de provoquer des émotions. Je pose ça là avant de retourner à mes entrechats.
Et vous, avez-vous un « avis » sur la question ?

31 août

La couverture de mon prochain roman est enfin finalisée et la date de parution arrêtée! Sortie nationale le 20 septembre 2023!

En attendant, je ne résiste pas au plaisir de vous faire découvrir l’excellent travail de Nicolas Jamonneau qui, comme d’habitude, sait donner vie à mes personnages! Je ne suis pas objective, car complètement fan, mais je suis curieuse de connaître votre avis!

Laisser un commentaire