Soirée de lancement

Des étoiles encore dans les yeux, je viens prendre le temps de vous raconter ma première « soirée de lancement » organisée par une maison d’édition.

Je vous entends déjà tiquer, comme certains le font parfois en salon : « Laure Enza, autrice indépendante, mais tu es contre l’édition traditionnelle, non? » J’avoue que j’ai eu deux mauvaises expériences avec des éditeurs, mais comme dirait la rose du petit Prince: « C’est une folie de haïr toutes les roses parce qu’une épine vous a piqué« , je suis toujours partante pour de nouvelles expériences.

Celle-ci a commencé il y a un an, avec le projet proposé par Johanna Gras d’écrire un roman fantasy à cinq. En compagnie de Mélodie Smacs, Coline Dumas et Sarah Calman, nous nous sommes lancées dans ce projet un peu fou. Cinq sorcières, cinq autrices, cinq parties, une expérience magique, un ouvrage original qui s’est retrouvée dans les mains de l’équipe des Editions le Héron d’Argent, toujours grâce à notre instigatrice, Johana.

« Le Sortilège de la Lune noire » prend vie sous nos yeux!

Une fois que la machine « édition » est lancée, le projet avance avec l’habituelle lenteur des rouages officiels, et j’avoue qu’après avoir signé mon contrat (et sur mes gardes à cause de vieux réflexes), je ne m’attendais pas à entrer dans une boucle si professionnelle. Des corrections à la mise en page, des propositions aux améliorations, tout a été passé au crible d’une équipe dynamique et bienveillante. J’ai découvert avec surprise que les auteurs étaient conviés à des salons (avec défraiement), qu’on nous offrait les roll-up, que la communication sur les RS se faisait tambour battant, ainsi que la campagne de préventes qui a conduit à cette soirée de lancement mémorable du 9 décembre où nous avons signé collectivement plus de 200 ouvrages en 4 heures! Presque du travail à la chaîne, pour notre plus grand bonheur!

Avec les filles, nous étions convenu de porter des tenues noires, agrémentées d’un bijou en forme de pentacle, pour rappeler que nous sommes cinq « soeurcières ». Après les péripéties du TGV et du Uber transformé en taxi, nous avons rejoint le bistrot « Les Caves Alliées » dans le 6e arrondissement, dont la cave, justement a été transformée en librairie éphémère, tendue de kakémonos et couverte de piles de livres (car nous étions pas moins de 10 auteurs à signer en même temps). Rangés comme des sardines derrière nos ouvrages, nous avons dédicacé, rigolé, rencontré les lecteurs parisiens et bénéficié de l’attention constante de l’équipe: Vanessa, Marie, Mathilde, qui déballaient les stocks ou sustentaient les forçats de la plume avec maestria. Nous avons terminé à 23h, le stylo en panne d’encre, le cerveau embrouillé à force de mélanger les dédicaces originales, le cœur plein de joie et de fierté devant l’envol de nos nouveaux bébés.

Morale de l’histoire: il faut toujours tenter de nouvelles expériences.

Laisser un commentaire