);
VIE D'AUTEUR

Parfum chez Audible

Un livre audio pour vous!

Je suis ravie de vous annoncer que « Comme un parfum d’immortelle » est disponible en livre audio. Il est désormais possible de l’acheter ou de l’emprunter, en suivant ce lien: Audible. (le contrat avec AUDIBLE est une récompense du Prix des Auteurs Francophones.) Vous en aurez alors pour 9 heures de lecture, avec la belle voix grave de Marie Bouvier, actrice et voix professionnelle.

Mais pas pour moi!

Je dois vous avouer que je ne l’écouterai pas, même si c’est mon livre. Je ne suis pas du tout réceptive aux messages audio: je déteste entendre les gens parler à la radio et il ne me vient même pas à l’idée d’écouter des podcasts. Je suis incapable de me concentrer si je ne vois pas une image, ou un texte. J’ai besoin de voir pour comprendre, assimiler. D’ailleurs, je m’étais abonnée à Audible, il y a quelques années. J’ai écouté un Gilles Legardinier que j’ai trouvé vraiment nul. Comme j’aime cet auteur, habituellement, j’ai acheté le livre en papier… et je l’ai apprécié. Ce n’était pas la qualité de l’œuvre mais ma perception de celle-ci qui entrait en jeu! Je trouve ce phénomène extraordinaire.

Trois façons de percevoir la réalité

Lorsque j’étais au collège, un professeur nous avait expliqué que les apprenants pouvaient se classer en différentes catégories selon leur façon de percevoir la réalité.

Le visuel utilise une mémoire eidétique, c’est-à-dire qu’il mémorise plus facilement les images, les schémas, les photos, les personnes… Le visuel est souvent organisé, il aime contrôler la situation et agir. Il parle souvent avec des gestes et choisit un vocabulaire avec beaucoup d’éléments descriptifs (ça me rappelle quelqu’un!).

L’auditif retient aisément les sons, les bruits, tout ce qu’il peut entendre. Pour se rappeler des choses, il les répète plusieurs fois à haute voix. Il communique avec une grande clarté et s’improvise parfois comme bruiteur pour se faire comprendre.

Le kinesthésique associe souvenir, mémoire, à des sensations : une odeur, une émotion, un goût, une atmosphère. Pour retenir les choses, il doit les vivre, les pratiquer. Il a tendance à se déplacer pour occuper l’espace, pour mimer. Ces gestes se traduisent comme un prolongement de sa pensée.

Bien sûr, rien n’est figé et une même personne peux exploiter plusieurs systèmes à la fois. Pour ma part, je crains d’être coincée dans le monde des images! C’est pourquoi j’adore les descriptions, dans les livres. Et aussi, cela explique ma façon exagérée d’appréhender la réalité, comme si c’était un spectacle permanent (au grand dam de mon entourage, je n’exagère pas seulement dans mes romans, dans la vie aussi!)

Connaissiez-vous ce système de classification? Quel est votre canal d’apprentissage favori? N’hésitez pas à m’en faire part en commentaire.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *