);
HUMEUR

Etape concours

Éditer son roman, le fantasme de tout auteur qui un jour décide de cesser « d’écrire pour écrire ». Passer à l’étape « écrire pour être lu » est un peu plus ardu. Voici le périple de « Souris des villes » avant qu’il ne devienne un livre. Entre le point final noté le 22 mai 2018 et l’édition définitive le 20 septembre 2019, de l’encre a coulé sous les doigts.

Contrairement à mes anciens romans, « Souris des Villes » est né à la belle époque de l’autoédition et il se passera des envois répétitifs et fastidieux aux maisons d’éditions qui répondent toutes la même lettre de refus : « votre manuscrit ne correspond pas à notre ligne bla bla bla…». Il aura évité aussi la séance de malchance  : un éditeur vous remarque et vous offre un contrat, puis il part en dépression et le projet tombe à l’eau. Mais cette histoire fera l’objet d’un autre article !

“Souris des villes”, voilà un petit roman chick-lit qui s’apprête à voler de ses propres ailes (qui parle de chauve-souris ?). Avant d’être jeté tout nu tout cru au grand public, nous allons prendre la température après d’un jury de lecteurs objectifs et vérifier qu’il est capable de quitter le nid sans perdre trop de plumes.

« Souris des Villes » participe au concours « Nouvelles Plumes » 2018. Ma modestie m’empêche de rêver une première place, mais je suis curieuse de voir comment seront critiqués mes écrits par des lecteurs anonymes. Mes notes principales flirtent avec la moyenne, mais une lectrice déçue m’inflige un 4. C’est là que le poncif « on ne peut pas plaire à tout le monde » vient me chatouiller l’ego. Les commentaires positifs des membres du jury ont du mal à faire passer la pilule de cette seule lectrice qui juge mon livre « glauque », je me remets en question et je me rends compte que le fait de le classer dans la catégorie « roman sentimental » ou même « feel-good » est peut-être une erreur. Sous prétexte que le ton est léger et les personnages amusants, les sujets abordés n’en sont pas moins graves et peuvent heurter la sensibilité de certain( e )s.

Les commentaires du jury :

Enitram : Un roman qui mêle humour et l’émotion avec bonheur. Les réactions des desperate sont souvent cocasses. Des thèmes douloureux comme les traumatismes de l’enfance ou la pédophilie sont traités avec beaucoup de délicatesse et de pudeur sans pathos. C’est bien écrit et facile à lire, le ton est adapté aux situations et aux personnages. 9/10

Melin : Belle histoire d’une femme qui a beaucoup souffert et qui essaiera d’oublier son passé avec ses nouveaux amis de la ville. La meilleure thérapie pour la morosité, c’est la bonne compagnie. Style aéré, bien construit, agréable à lire. 7.5/10

Elebora : Histoire agréable à lire et divertissante, alternant facilement le rire et l’émotion. On suit bien l’évolution du personnage principal. J’ai bien aimé le groupe des voisines qui donne pas mal de saveur au récit. Texte fluide, dialogues sympathiques, personnages attachants et variés, voyages entre le présent et le passé cohérents et adaptés. 6.75/10

Pidoux : Un sentiment de déception après cette lecture, j’attendais autre chose. Ce roman manque de relecture et de construction. Histoire glauque, un peu décousue. Une réflexion jetée sur le papier comme une bouteille à la mer. 4/10

Après atterrissage pour ce vol d’essai, il s’en est suivi de longues séances de réécriture et d’améliorations. Quelques passages trop crus ont été édulcorés, quelques personnages remodelés, quelques transitions assouplies. Puis, le manuscrit s’est reposé dans un coin pendant un an. Le temps que je m’en détache et que je puisse le lire d’un œil neuf (surtout le temps que j’écrive le roman suivant, mais ça aussi, c’est une autre histoire).

2 Comments

  • Natripa

    Un an était nécessaire pour un lâcher prise et te permettre de voir ton livre avec un nouveau regard. Félicitation, et bientôt “Souris des Villes” sera dans une autre île … La Réunion.

  • LaureEnza28
    LaureEnza28

    Eh oui, les méandres de la création me fascinent, que ce soit en écriture ou en toute autre forme d’art…comme on peut voir sur Bricolorie, ah ah!
    La Souris dans l’île natale de Mimose, ça c’est du voyage, quand même!

Répondre à LaureEnza28 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *